Détails

En élévation, le tunnel monte avec une pente maximale de 0,5 resp. 0,75% à partir des deux portails, le point haut se situant au PK 11917. En “Vallée de la Mamer", l’entrée en galerie des deux tubes se fait sur deux niveaux différents.

En plan, le tunnel décrit une double courbe de rayons principaux r = 1650 m, resp. r = 1000 m qui s’aligne au tracé à ciel ouvert vers Luxembourg au sud et vers Mersch au nord.
Le dévers max. est de 3,75 % dans les deux tubes.

A l’endroit des portails, l’entredistance axe-axe des deux tubes varie d’un minimum de 16 m pour atteindre 25 m en section courante, l’écartement se faisant en éventail sur environ 300 m.

La couverture en rocher sur le tunnel est variable, entre un minimum de 3 à 4 m dans les zones des fronts d’attaque et un maximum de quelque 115 m.

Pratiquement sur toute sa longueur, le tunnel passe sous des forêts et des champs. Exception faite de la localité de Gosseldange, il n’y a pas d’immeubles ou d’habitations dans sa zone d’influence directe.

Huit galeries transversales relient les deux tubes, celles aux PK 11930 et 12825 étant spécialement conçues pour un passage facile aux véhicules de secours et de service. Ces galeries sont combinées avec des locaux techniques abritant des installations électro-mécaniques.

La section d’excavation théorique en section courante varie, selon les classes respectives, de 72,39 m² à 76,16 m².

Le “tunnel Gousselerbierg" sera obligatoirement creusé à partir des deux portails de la “Vallée de l’Alzette" et de la “Vallée de la Mamer", en opérant sur quatre fronts ce qui nécessite deux différentes installations de chantiers à chaque extrémité du tunnel.

Avant les travaux de creusement propres, des travaux préparatoires devront être réalisés, tels que les chemins d’accès, des plateformes pour les bureaux et ateliers. Même si ces deux petits villages ne sont que provisoires, ils doivent toutefois garantir le bon déroulement des travaux, pendant 4 à 5 ans.

  • Mis à jour le 22-01-2015