Troisième voie, considérations de sécurité

Problème de la sécurité du trafic dans le cas d'un tube montant à 2 voies:

Le 'Tunnel Grouft' a une longueur de 2.966 m par tube et présente une pente moyenne de 4,5 % qui est adoucie par des rayons de raccordement verticaux à l'endroit des 2 portails. L' 'Echangeur de Lorentzweiler' se trouve à environ 400 m du portail nord dans la 'Vallée de l'Alzette'. Les bretelles d'entrée et de sortie de cet échangeur évoluent avec une pente d'environ 6 %. Le prorata des poids lourds peut raisonnablement être évalué à quelque 10 % à 15 % du trafic total.

Dans ces conditions, sans précautions particulières, la fluidité du trafic n'est plus garantie. Cela affecterait inévitablement la sécurité générale dans le tunnel dans beaucoup de configurations quasi quotidiennes (heures de pointe, ralentissements causés par le trafic lourd, etc...). Des situations particulièrement dangereuses pourraient se présenter au nord, lors de l'insertion d'un véhicule dans le tunnel (un poids lourd avancera forcément très lentement sur la rampe à 6 % et constituera par là un obstacle périlleux certain).

Selon les recommandations de la société VSS (Union des professionnels Suisses de la route) des manœuvres d'insertion à moins de 100 m du portail inférieur ne sont pas admissibles. (Il faut remarquer que la plupart des accidents en tunnel se passent effectivement à' la hauteur de leurs entrées et sorties).

Or, tout en optimisant le tracé de la bretelle d'insertion, son nez physique se trouverait à ca. 130 m et son nez géométrique (le point où le tracé de la bretelle serait parallèle à l'axe de l'autoroute) à seulement quelques mètres du portail même (de l'entrée en galerie souterraine proprement dite, les ouvrages d'entrée et de sortie étant de toute façon déjà' pleinement affectés par la déviation de l'axe de la bretelle). Par conséquent, le secteur d'insertion (composé par la zone d'accélération, la zone de manœuvre et la zone d'insertion proprement dite) se trouverait dans sa totalité en souterrain.

Une représentation planimétrique de la situation au droit de l'échangeur montre que la voie d'insertion complète se développerait sur une longueur de plus de 400 m en tunnel. Il faudrait donc de toute façon munir l'ouvrage d'une 3ème voie, dans le tube montant, sur cette distance au moins.

Cependant, en souterrain, des réductions de voies de roulement sont fortement déconseillées, en particulier dans le cas d'une forte pente longitudinale (cf. aussi la remarque faite plus haut sur la fréquence accrue des accidents en ces endroits). Cet état de fait a incité le Maître d'Œuvre à analyser la possibilité de la réalisation et les conséquences intrinsèques du prolongement de cette troisième voie en direction N-S sur toute la longueur du tunnel.

  • Mis à jour le 22-01-2015